22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 08:56

S'il y a un truc qui me manque dans ma nouvelle alimentation, ce sont bien les FALAFELS !! J'en raffole ! Surtout ceux dans les pains pita que l'on peut dé-gu-ter rue des Rosiers dans le 3e arrondissement de Paris.

Les fameuses boulettes de pois chiche ! Certains groupes industrielles n'hésitent à ajouter de la farine de blé ou d'autres ingrédients chimiques à base de gluten (conservateurs...).

MAIS... J'ai trouvé THE solution sans gluten !!!!!!!!

Produit fabriqué en Australie (oui oui je vous l'assure), je l'ai découvert sur le site web NO GLUTEN SHOP.

Falafels sans gluten et sans lactose

La liste des ingrédients est naturelle ! Aucun additif ou autre agent du genre. Bref du healthy comme le montre la photo ci-dessous !

Falafels sans gluten et sans lactose

Je m'attendais à une recette compliquée et en fait j'ai été agréablement surprise par la rapidité de préparation !

1. Vous ouvrez le paquet. Easy.
2. Vous sortez le sachet de préparation. Super Easy.
3. Vous versez son contenu dans un saladier et ajoutez de l'eau. Méga Easy.
4. Vous laissez reposer le tout 10 minutes histoire que la pâte prenne. Trop Easy.
5. Vous formez à la main (ouais parce qu'avec les pieds ça risque d'être une mission sans nom) des boulettes. Moyen Easy.
6. Vous les faites cuire dans un fond d'huile d'olive (car l'huile de tournesol c'est berk et du super mauvais gras). Plutôt Easy, suffit d'être patient.
7. Vous pouvez vous régaler !!!!

Temps de préapation : 25 minutes max.
Temps de préapation : 25 minutes max.
Temps de préapation : 25 minutes max.

Temps de préapation : 25 minutes max.

Et en plus le résultat plaît à tous ! Aux humains comme... à Youyou ! Alors si Monsieur Youyou apprécie la chose (le perroquet ROI qui daigne manger certaines graines)... C'est que c'est bon !

Falafels sans gluten et sans lactose
Falafels sans gluten et sans lactose

Partager cet article

19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 12:05

J'ai fait, je faisais, voire je fais partie de ces gens que l'on case dans la rubrique "troubles du comportement alimentaire". C'est franchement pas joyeux surtout que les 3/4 d'imbéciles assimilent ceci à un facteur de "dépression". Merci l'étiquette de la fille qui broie du noir, c'est cadeau !

Sauf que ces derniers temps des études scientifiques françaises menées sur des souris et sur des humaines ont prouvé que la sensation de faim pouvait être provoquée à partir de l'intestin. Ce dernier déclencherait une protéine bactérienne qui aurait des effets sur le cerveau. En gros il pourrait arriver que votre organisme vous joue des tours et vous donne l'envie de tout dévorer alors que vous venez de manger à votre faim ! Merci le métabolisme foireux...

BREF. La volonté n'a rien à voir la dedans.

Dans mon interview pour le magazine L'EXPRESS j'avais évoqué (les larmes aux yeux mais ceci reste off) avec la journaliste les soucis de "boulimie" vécus lorsque j'étais mannequin. Ma balance affichait 70 kilos (pour 1m76 ça commence à chiffrer hein) au lieu de mes habituels 55-58 kg. Un beau carnage physique (coucou la mannequin "obèse"), financier (ça coûtait une blinde les courses vous imaginez bien) et moral (là pour le coup j'étais sous terre). Je pensais JAMAIS m'en sortir. Fucking cercle vicieux horrible.

Plus tu manges, plus tu grossis, plus tu es triste, forcément plus tu vas combler par la nourriture. L'histoire sans faim (notez le jeu de mot même dans les moments dramatiques).

Quand manger tourne au cauchemar...

Je vous rassure, on s'en sort ! La preuve... Enfin...

Dois-je évoquer ma crise de nerfs fraîche d'hier lorsque j'ai englouti (oui oui c'est le mot) à 22h 2 tablettes de chocolat au lait praliné (4 offertes par maman pour faire déguster à Monsieur) et que j'ai subitement décidé de jeter les 2 restantes ? Par la fenêtre du balcon... dans le terrain vague derrière chez moi... sauf qu'elles sont tombées dans le jardin du voisin au rez-de-chaussée...

Pourquoi je ne suis pas allée directement à la poubelle commune ? Parce que tu crois franchement qu'à 23h je vais me taper un tour en pyjama sous la pluie ou bien que dans de pareils moments tu as le temps de réfléchir ! Cela s'appelle l'instinct régime (je crois).

Ceci ne m'était pas arrivé depuis... Deux ans par là.

Quand manger tourne au cauchemar...

Alors oui je vous confirme que l'on peut, grâce à l'envie de manger sainement, à la curiosité de s'intéresser aux méfaits de la mauvaise nutrition, grâce au sport, à ses passions, à de très très proches amis (genre vous les appelez en cas de crise ou vous leur envoyez un sms), s'en sortir un minimum !

Mais... Oui, le souci de manger, la peur de grossir... peuvent trainer dans votre tête et être plus forts par moments. Je vous dirai que c'est presque "normal". Surtout lorsque l'hiver pointe le bout de son nez.

Je mentirai si je disais que tout peut disparaitre... Parfois on refuse les soirées où l'on sait que l'on peut potentiellement "craquer" et TROP se servir au buffet... De temps en temps on se replie sur soi et on se sent incompris. Il arrive même que l'on pleure de désespoir en se demandant pourquoi on se traîne cela... Que l'on n'ose même pas commencer à manger de crainte de ne plus pouvoir s'arrêter. Et peut-être qu'à des moments on a juste envie de culpabiliser car on se sent honteux d'être ainsi.

Nous avons tous une addiction. Certains fument, d'autres jouent au poker sur Internet, certaines couchent avec n'importe quel mec... Juste pour combler un manque profond. Les thérapies cognitives, celles qui vous apprennent à vous comporter autrement, peuvent aider à palier aux addictions mais il faut impérativement comprendre ses manques pour pouvoir avancer dans le bon sens.

Moi je vous conseille de ne pas refouler vos émotions. Plus on fait comme si de rien était et plus c'est la catastrophe assurée. Ne refoulez plus et parlez en si vous en avez besoin ! Vous êtes normaux !!!!!!!

Craquer de temps en temps ce n'est pas la fin du monde non plus. Nous sommes humains après tout. Courage à celles et ceux qui vivent l'enfer des troubles alimentaires. Je vous comprends, ça c'est une certitude.

Partager cet article

Publié par Camille G
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 13:11

A l'heure où je rédige cet article, je ne suis pas encore arrivée au bout des 8 semaines, j'en suis à la 7ème. Je préfère vous écrire à chaud mes ressentis sur ce challenge qui devient... comment dire... limite une obsession. N'hésitez pas à suivre ce challenge en live sur FACEBOOK.

Je m'étais dit qu'il était temps, après 6 mois, de remanger sainement. Je faisais de plus en plus souvent des écarts à base de lactose et de gluten : je le paie actuellement très fort.
+ 3 kg sur la balance + des boutons sur le visage lors des craquages + addiction au sucre qui repointe son nez.

N'hésitez pas à lire le récap' du premier mois.

Ce défi me permet de diminuer considérablement mes apports en sucre et en produits trafiqués.
VERDICT : je ressens moins le besoin de manger du sucre et mes envies se tournent de plus en plus vers le salé ! Du jamais vu pour la gourmande que je suis.
VERDICT TROP BIEN : ma peau est ma-gni-fi-que ma chéwiieeeeee !!!! Genre ce matin Monsieur m'a sorti :

"mais tu es maquillée là ?"
"non juste du mascara, pourquoi
?"
"bah tu as une belle peau lisse !".

Et vous savez comment sont les mecs ? Eux qui habituellement ne constatent rien... J'étais ravie ! Mais je lui ai répondu "oui mais je grossis". Aucun rapport mais bon, je reste une fille.

Parce que je me suis rendue compte que si mon poids stagnait (malgré mes 5 heures de sport par semaine) c'est qu'il devait avoir un couac quelque part. D'ailleurs au passage, toi mon super pote coach, la prochaine fois que tu me reparles de mon postérieur je t'étrangle avec un élastique... Ou je t'assomme avec une altère, j'hésite encore ahaha....

J'ai alors comparé mon alimentation actuelle à celle des mes débuts "sans gluten et sans lactose". Et là, j'ai compris.

Challenge Be Bonnasse : déjà 2 mois

Ces derniers mois, par flemme et par habitude, je me suis mise à tourner aux pâtes sans gluten à base de maïs (bonjour la cata glycémique) et au riz ! D'ailleurs je vous en parle dans l'article sur "challenge be bonnasse : oui mais je mange quoi ?".

Cela fait désormais 1 mois que je réintroduis les légumineuses (j'adore les lentilles corail), davantage de légumes et de crudités et et et de PROTÉINES. Ma peau me remercie. Mon corps me remercie.

Même si OUI je craque et je prends (en petite portion entendons-nous) ces produits défendus, je préfère taper dans un bout de pain que dans une boite de fingers (cf : mon premier mois sans sucre). Je n'aurais craqué que 3 fois sur du sucré ! En 1 mois c'est pas mal !

Résultats : perte de 3 kg !

Et je connais les conséquences de mes écarts. J'ai appris depuis que je mange sans gluten et sans lactose (et pour avoir lu au moins 15 bouquins sur le sujet) quels sont les effets sur notre métabolisme lors que nous consommons ceci ou cela. La nutrition est même devenue une passion, vous l'aurez compris.

Bref je termine le second mois avec une nouvelle approche alimentaire.

Cap sur le 3ème mois... juste après je me casse en ASIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE ! Le challenge be bonnasse est en train de devenir une véritable source de motivation !

Challenge Be Bonnasse : déjà 2 mois

Partager cet article

14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 15:56

J'ai la chance d'avoir un ami hors du commun : il est toujours partant pour se lancer avec moi dans des recettes sans gluten et sans lactose ! Un mec qui cuisine on n'y croirait presque pas... Et pourtant... Cet homme il existe !

La semaine dernière nous avions convenu de tester une soirée pizza sans gluten / sans lactose. L'épisode a été franchement comique. Et depuis une amitié a été brisée...

Non je déconne ! Enfin presque pas...

J'avais repéré ce que je pensais être la parfaite recette de pâte à pizza sans gluten sur un blog.

Note à moi-même : blacklister ce blog. Il en va pour la bonne santé physique et morale de tous.

Une fois les ingrédients versés dans le saladier, nous avons, enfin il a, pétri très très très trèsssssss longuement...

Le cas de la pizza sans gluten : toute une histoire !

...Aussi longtemps que lorsque l'on attend le film au cinéma. Vous savez, quand on se coltine les 30 minutes de publicités qui n'en finissent plus.

Et ce fut mémorable. L'espoir, de donner naissance à une boule de pâte s'est envolé au fil des minutes. Nous avions beau ajouter de l'eau, de la farine... Non rien y faisait, ça collait aux mains !!! Berk.

Par je ne sais quel miracle, ou disons une fois que j'ai finalement pris les choses en main (lol), nous nous sommes retrouvés avec une forme "passable".

Le cas de la pizza sans gluten : toute une histoire !

S'en est suivi l'horrible moment où il fallait étaler la pâte. Après l'avoir laissé reposer quelques temps, il était temps de passer aux choses sérieuses (nous avions la dalle).

La pâte s'est difficilement étalée. J'ai bien cru que j'allais la balancer dans le jardin des voisins du rez-de-chaussée, vous savez ceux qui organisent chaque vendredi soir des sauteries de jeunes pré-pubères (je suis certaines qu'ils sont tous puceaux la dedans mais bref).

A force de persévérance (et aussi d'engueulades car la faim rend sauvage) nous avons réussi !! Et nous l'avons mise à cuire.

Vous noterez le côté sain sans fromage et sans jambon (c'est le mien hihi)
Vous noterez le côté sain sans fromage et sans jambon (c'est le mien hihi)

Vous noterez le côté sain sans fromage et sans jambon (c'est le mien hihi)

Sur la photo on dirait presque qu'elle est méga bonne cette pizza. Comme quoi les images sont trompeuses...

INFECTE !!!!!!!!! Je n'ai jamais ingurgité une chose pareille ! Limite je me demande si le pudding ne serait pas meilleur, c'est pour dire ! La pâte était à vomir !

Nous étions donc comme deux, disons le franchement, cons.

Ce que l'histoire ne dit pas c'est quelle a été la solution de secours ... Parce que vous imaginez bien que nous ne sommes pas restés affamés...

Pour ma défense : je n'ai pris que des frites....

Pour ma défense : je n'ai pris que des frites....

Pour ne pas rester sur une mauvaise image de la pizza sans gluten, nous avons remis le couvert (il a longtemps hésité avant d'accepter l'invitation ahah).

Mais avec une pâte à pizza toute prête achetée sur NO GLUTEN SHOP.

Résultat : zéro mauvaise surprise !!

Le cas de la pizza sans gluten : toute une histoire !
Le cas de la pizza sans gluten : toute une histoire !
Le cas de la pizza sans gluten : toute une histoire !
Le cas de la pizza sans gluten : toute une histoire !

Partager cet article

12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 08:09

Chaque année les médias nous bassinent avec le concept so fashion de la « classe moyenne ». Et c’est marrant de se rendre compte que c’est lors des réformes fiscales que ce mot refait son apparition.

Est-ce que cette nouvelle mesure sera positive pour la « classe moyenne » ? Et de 1.
La classe moyenne pourra-t-elle supporter ces changements ? Et de 2.
C’est toujours la classe moyenne qui trinque. Et de 3…

Cela fait chic de sortir dans ses brunch que l’on est le pantin de l’Etat puisque l’on fait partie de la classe moyenne (et de 4).

Mon bestfriend et moi ferions partis de la classe moyenne...

Mon bestfriend et moi ferions partis de la classe moyenne...

Mais quelle est donc cette fichue classe moyenne ?!

C’est un concept vaste qui regroupe des citoyens situées au-dessus des classes dites « pauvres » mais clairement à dix milles lieux des classes « pétées de thune ». Le reste sera donc appelé classe moyenne. Qu’est-ce qu’un démuni et qu’est-ce qu’un riche ? That is the question !

Certains vous diront que votre classe dépend de votre catégorie socioprofessionnelle, de vos revenus…

Et là j’ouvre une parenthèse, parlons bien, parlons peu, parlons argent : 50% des salaires selon Le Monde se situent entre 1 560 et 2 569 euros net par mois pour la classe moyenne, contre 1 500 euros en moyenne pour la classe plus pauvre. Fermeture de la parenthèse financière.

…de votre patrimoine, du nombre bébés dans le foyer…

En gros, la classe moyenne c’est un peu comme un placard de nana.

On y empile tout sans trop ranger ou sans vraiment se concerter. On ne sait finalement pas trop ce que le dressing contient…

En tout cas ce que je sais, c’est que cette classe ne bénéficie d’aucune aide sociale. Non rien ! Et au rythme que la France connaît, à force de raquer, la classe des moyens va terminer dans la classe des moins aisés…

A chaque mandat, la droite comme la gauche nous la met clairement à l’envers.

Mais faire partie de la classe moyenne, c’est cool, c’est LA classe en devenir, en mutation ! Les économistes Eric Maurin et Dominique Goux ont inventé un tout nouveau concept : l’hyper classe moyenne. Et là tu te sens soudainement trop « in » quoi. Cette classe se situerait entre la bourgeoise et le prolétariat. En gros si tu dépenses ton salaire à la fois dans des assoc iations à but humanitaire et que tu pars au soleil aux Maldives, y’a moyen que tu tendes à développer ton ascension sociale.

Alors ne désespère pas et surtout n’épargne pas. à ta retraite tu toucheras que dal, et en plus les livrets d’épargne ne dépassent pas le taux à 1%. Fais-toi plaisir petite classe moyenne, les riches sont trop loin devant toi pour que tu les rattrapes…

Partager cet article

1552219.jpeg

 Facebook 40x40 Twitter_40x40.png Instagram_v1_40x40.png Hellocoton_40x40.png Mail_40x40.png YouTube_v2_40x40.png

NOUVELLES VIDEOS !