29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 11:19

Dans les épisodes précédents : après un vol mouvementé mais une arrivée sans souci à Bangkok, je découvrais la Thaïlande sous un jour comme je ne l'aurais jamais imaginé...

Mon hôtel donnant tout droit sur la Khaosan road, la rue plus folle de Bangkok, je n’eus pas d'autres choix que de participer à la vie festive du quartier.

Avec cet article spécial "reportage photo nocturne", j'aimerais vous plonger au cœur d'un endroit complètement dingue qu'est la Khaosan road.

Située dans le quartier centre-nord Khaosan, cette rue est réputée pour ses nombreuses guest houses et pour ses hôtels "pas chers" (je ne suis absolument pas d'accord sur ce point). Longue de 500 mètres, tous les routards/backpackers de Bangkok de la capitale raffolent de cette street. D'ailleurs quelques scènes de nuit du film La Plage y ont été tournées, c'est pour vous dire la notoriété de la rue ! C'est un MUST SEE si vous êtes de passage !

Vous mangez pour 1 euro, vous buvez pour 1 euro et des poussières et vous trouvez des fringues (dont des contrefaçons) pour moins de 5 euros !

Les tentations culinaires (et sexuelles), les larges choix d'alcool (et de prostituées), la musique incessante (et les propositions indécentes), le tout à la vue de tous et sans complexe... CLIQUEZ POUR AGRANDIR LES PHOTOS !

Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis
Thaïlande, Khaosan road : la rue où tout est permis

Partager cet article

Publié par Camille G - dans So Road Trip
commenter cet article
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 07:46

Ah la mode des seflies... Et bien My Sweetie Box a repris ce concept pour en faire le thème de sa première box 2015 !

Be Selfie with My Sweetie Box

Zoom en images sur les produits contenus dans la box de janvier.

Be Selfie with My Sweetie Box

On commence fort avec ce bon cadeau pour créer son album sur photocite.fr ! Je n'ai pas hésité à l'utiliser pour mettre sur papier mes supers souvenirs de Thaïlande ! (En évitant bien entendu de ne pas choisir que des photos de moi hein... les paysages c'est sympa aussi).

En ce début l'année 2015 l'objectif est de me recentrer sur SOI ! Marre de ne penser qu'aux autres (surtout quand on voit comment certains se comportent). Alors on va s'efforcer de prendre le temps de prendre soin de nous et surtout de ne pas CULPABILISER ! Les produits qui suivent ne pourront qu'apporter qu'aller dans le sens de la détente !

Be Selfie with My Sweetie Box

J'aime beaucoup ce gel physio-lavant spécial peaux sensibles. En plus le liquide est vert pomme !

Be Selfie with My Sweetie Box

Gatineau visage propose une cure "Renew" de 7 jours pour avoir une peau 100% neuve. Info ou intox je ne le sais pas encore car je n'ai pas encore pris le temps de tester ce sérum.

Be Selfie with My Sweetie Box

Passons au make-up avec l'ombre à paupière signée Laura Clauvi. Les couleurs sont nombreuses : vert pomme, nude... Je suis tombée sur la plus discrète (zut)... Moi qui voulais me la jouer années 90, c'est loupé ! Mais bon pour aller bosser c'est mieux !

Be Selfie with My Sweetie Box
Be Selfie with My Sweetie Box

Coup de coeur ce mois-ci pour le black eye pencil de chez Modelco. Le bouchon fait même taille crayon !! Génial l'idée ! Le noir est vraiment beau et son application facile ! Je recommande.

Be Selfie with My Sweetie Box

Et on termine par l'hair moussede chez Broaer : plus de volume pour plus de style ! A voir donc... Puisque j'ai arrêté le no-poo, je reprends le teste des produits du commerce !

Partager cet article

25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 20:48

L'amitié se corrompt, tout est rêve et chimère ; on n'a pour vrais amis que son père et sa mère. Citation de Charles-Augustin Sainte-Beuve ; Les consolations, À Madame Victor Hugo (1829)

Là je commence très fort mon article en surfant sur la littérature mondaine. Ne vous inquiétez pas je vais descendre d'un cran dès le paragraphe suivant.

Une copine/un copain de perdu, 10 de retrouvés ?

Parfois on en vient à se mentir à soi-même de peur de regretter ses actes et de perdre une personne que l'on a, à un moment donné, estimée. L'hypocrisie est définitivement un manque de courage. Conclusion (hautement) philosophique récemment tirée de ma vie.

On s'imagine pourtant naïvement que certaines amitiés nous suivront éternellement (là je me rends compte qu'il y a un paquet d'anciennes connaissances que je n'aimerais pour rien au monde croiser au Paradis).


Finalement la réalité aboutira à des conclusions moins utopiques. Par orgueil, par énervement, par faute ou tout simplement par lassitude, un jour on en vient à tourner la page.

Mais pourquoi une telle rupture au bout de tant d'années de confiance, de loyauté et de paix ?

H comme hypocrite

On a le droit de choisir les amis qui nous ressemblent

Comme dirait le fameux dicton repris à toutes les sauces "on ne choisit pas sa famille mais on choisit ses amis". Certes. C'est un peu pompeux et impersonnel mais dans le fond cette phrase prend tout son sens...


Les gens changent. Les amis évoluent (et nous aussi ouf) au point que l'on se sente étrangement loin d'eux sur le plan mental.

Alors bien évidemment au début on s'imaginera que l'on se fait des films, voire que l'on n'est pas dans un bon jour pour juger... Et on continuera à prétendre que tout va bien.

Au fil du temps on ressentira de plus en plus un fossé avec cet ami. On ne partagera plus ses fous rire, on détestera ses discours, on évitera d'écouter sa vision de la vie et on tournera la tête pour éviter son nouveau regard.

Mais quelle mouche le pique ?

On ne comprendra pas le pourquoi du comment mais on persistera à croire que les années précédentes d'amitié pouvaient combler ce que cette personne est en train de devenir.

On prendra sur soi pour faire plaisir aux autres et surtout parce que l'on a peur de briser les liens. On fera quelques efforts au point d'être vidé de son énergie, et ce au détriment de sa paix intérieure.

Un jour, on ne comprendra plus vraiment. Et puis on ne voudra plus chercher à comprendre. Fatigué des coups bas, des mensonges, des discours négatifs, des comportements irrespectueux... On dira simplement stop.

Parallèlement on rencontra de nouvelles têtes. Des amitiés grandissantes et puissantes. On se sent bien et on se sent surtout soi-même avec eux. Cette sensation s'appelle l'amitié sincère.

Le respect de soi et la quête du bonheur passent aussi par les liens affectifs sociaux.

Ceux qui vous veulent du bien ne vous mentiront jamais et ne jalouseront jamais vos petits bonheur personnels. Le mal-être ne doit pas servir d'excuse à la frustration et à la méchanceté.

Ne vous en faites pas, ces "amis" là vous regretteront le jour où ils reprendront, peut-être, leur esprit.

Je t'ai aimé mais là ce n'est plus possible. Mon coeur a été meurtri trop de fois. Au revoir.

Partager cet article

22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 10:54

Retrouvez les prémices de cette aventure asiatique à l'autre bout du monde (avec trop de décalage horaire) en lisant le premier épisode.

Ainsi donc je passais le contrôle des douanes in the pocket et je me dirigeais vers les valises. Pour la première fois de ma vie je réussis à récupérer mon bagage en moins de 6 minutes chrono (et j'ai vraiment déclenché mon minuteur...)

Je sortis de l'aéroport international (accrochez-vous bien) Suvarnabhumi (oui parce qu'à Bangkok il existe 2 aéroports, faites attention à ne pas vous tromper hein) à la recherche d'un taxi "meter".

Pour info, les "meter" sont ceux qui mettent le compteur une fois que vous êtes assis sur la banquette passager. Les autres, ceux qui refusent d'activer leur compteur, sont simplement des voleurs avec qui vous allez devoir marchander votre course. Et dans tous les cas, croyez-en mon expérience, vous serez perdant. Ils arriveront toujours à marger comme ils le souhaitent car vous ne vous rendrez pas compte de la distance.

Un monsieur se dirige vers nous et nous accoste.

"Taxi ?"
"Yes !!" (ah oui là-bas on parle anglais, ne croyez pas que c'est pour me la raconter et afficher mon côté bilingue ahaha, je plaisante mon accent est à mourir de rire).
"One thousand five bats"
"Euh je crois que je n'ai pas compris. Il a dit 1 000 ou 100 là ?" (oui bon thousand et hundred je confonds ces deux mots, no comment).
"Il propose 1 500 baths."
"QUOIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! Je rentre à pied, SALUT ! Tu voudras bien tirer ma valise ?"

Parlons bien, parlons transaction financière.
38 baths = 1 euro.
1 500 baths = vas voir ailleurs fucking arnaqueur, y'a pas écrit américaine sur mon front, right ?


"NO WAY !!! It's so expensiveeeee oh my godddddddddd" (note à moi-même : arrêter de copier les répliques des séries américaines. Quand ça sort de ma bouche ça fait vraiment crétine.)
"I am a VIP driver !"
"Nan mais mec, moi aussi je peux mettre mes lunettes noires et me la raconter star VIP du french showbiz."

Bien entendu ne parlant pas un mot de français (il a déjà du mal à understand mon anglais) il ne comprit pas cette dernière phrase.

J'aperçus un sécurité man et décidais de lui demander conseil. Ici nous sommes au niveau 0, là où sont garés les "chauffeurs". Les taxis, pour le petit peuple, sont situés au -1. Ni une ni deux nous voilà dans une voiture locale colorée pour 650 baths, les taxi meter n'existant pas à l'aéroport.

​La conduite se fait à gauche.
​La conduite se fait à gauche.
​La conduite se fait à gauche.

​La conduite se fait à gauche.

A peine 9h et Bangkok croule sous les incessants embouteillages et sous un nuage de pollution. L'atmosphère est étouffante et oppressante. Mais pour le moment je me les pèle dans ce taxi. Ici ils ADORENT positionner la clim à -10 degrés.

40 minutes plus tard nous arrivons sur la KHAOSAN ROAD. C'est sympa c'est coloré et ça semble animé... Un peu trop même pour 10h du mat' !

Thailande : premiers jours à Bangkok

Nous pénétrons dans la chambre d'hôtel D&D INN. Je suis sans voix. C'est une blague, je crois. Je ne me suis pas occupée de cette réservation et sur le coup je le regrette fortement.

Par où commencer l'état des lieux ?
La salle de bain dont la porte, une fois fermée, laisse un jour de 20 centimètres ?
Ou alors la fameuse fenêtre qui, ouverte comme fermée, laisse entendre l'agitation ?
Ah et les volets on en parle ? Bah ça ne risque pas puisqu'il y en a pas...
J'allais oublier le must ! Les panneaux publicitaires de l'hôtel sont placés juste au niveau de la chambre ! MAGIQUE ! Et devinez quoi ? La nuit ils s'allument !

Les "rideaux" de la fenêtre aux vitres en carton.

Les "rideaux" de la fenêtre aux vitres en carton.

Vue de la chambre sur la rue KHAOSAN ROAD et sur les jolis panneaux !
Vue de la chambre sur la rue KHAOSAN ROAD et sur les jolis panneaux !

Vue de la chambre sur la rue KHAOSAN ROAD et sur les jolis panneaux !

La musique braille déjà. Impossible de se reposer. Ma motivation pour rester éveillée repose sur les innombrables marchés de fringues qui parsèment la rue, la "plus animée de Bangkok" (sans blague). Mais rassurez-moi, ça ne peut pas être pire que ce que j'entends actuellement ?!

Monsieur souhaite rester à la chambre pour "récupérer". AHAHAHAHAHAHAHAHAHA bah bon courage hein ! Moi j'me casse faire du shoppinggggggggggggggggggggg !

Dois-je préciser que sa mission sieste fut un total échec étant donné les décibels plus qu'explosifs (et le non vitrage de la fenêtre) ?

Pendant ce temps je fis ma vie. Par ici les débardeurs et les shorts à 100 baths (soit environ 3 euros) ! Sans oublier mon moment détente manucure ET pédicure pour 300 baths. En revanche la pose du vernis ce n'est pas leur point fort... Mais peu importe, j'ai passé un excellent moment.

C'est Nana qui s'est occupée de moi. Elle a 28 ans. Sa région d'origine se situe dans le nord de la Thaïlande mais elle travaille à Bangkok pour se faire des sous et s'occuper de son fils qui vit chez ses parents à des centaines de kilomètres d'ici.

Soyez indulgents cela fait 2 jours que j'ai pas fermé l'oeil...

Soyez indulgents cela fait 2 jours que j'ai pas fermé l'oeil...

A la nuit tombée, j'ai compris ma douleur pour les 2 prochaines nuits... La rue bondée de touristes se transforme en repère de routards et de backpackers. Musique à fond, lumières de tous les côtés, stand de food tous les 50 centimètres, bars les uns à côté les autres, je ne sais plus où donner de la tête. Tous les soirs, de 21h à 4h du matin, c'est le même scénario.

Je suis entrainée par cette foule et ce dynamisme si puissant. J'ai comme l'impression d'être sur une autre planète.

Vers 22h je rentre me coucher. Enfin c'est vite dit... Impossible de faire abstraction du boucan. Le manque de sommeil des 36 dernières heures commencent à me faire perdre la tête. Je pleure sans comprendre pourquoi. J'ai l'amer souvenir d'être entrée dans un bad trip horrible.

Seulement 12 heures passées sur le sol thaïlandais et je voulais déjà rentrer chez moi...

Découvrez la suite en photos cliquant ICI ;)

Thailande : premiers jours à Bangkok
Thailande : premiers jours à Bangkok
Thailande : premiers jours à Bangkok
Thailande : premiers jours à Bangkok

Partager cet article

Publié par Camille G - dans So Road Trip
commenter cet article

1552219.jpeg

 Facebook 40x40 Twitter_40x40.png Instagram_v1_40x40.png Hellocoton_40x40.png Mail_40x40.png YouTube_v2_40x40.png

NOUVELLES VIDEOS !

Un Sujet Particulier ?